Türev Dizayn Cevizli Mh, Tugayyolu Cd. Kümbet Sk. No:1, 34846 Maltepe/İSTANBUL       0216 383 50 25       info@turevdizayn.com            

“Mes bipolaires sont des guerriers et des guerrieres, vous devez du courage pour se relever et repartir”

“Mes bipolaires sont des guerriers et des guerrieres, vous devez du courage pour se relever et repartir”

Veronique Labedade raconte De quelle fai§on cette dernii?re vit avec la maladie depuis plus de 20 ans. Notre toute premiere crise, l’hospitalisation, la vie qui vole en eclats, le deni et la reconstruction. Pour briser l’isolement des personnes bipolaires et leur redonner espoir, elle a cree l’association “Le phare des 2 poles”, “une lumiere pour ceux qui sont egares.” Temoignage.

Votez Afin de aider Veronique Labedade a remporter le Prix Femina

Nous avions rencontre Veronique Labedade en 2019. Elle nous avait raconte pourquoi elle avait cree “Le phare des 2 poles”. Cette association qui compte une cinquantaine d’adherents a concernant objectif d’eclairer la nuit des personnes souffrant de troubles bipolaires. Une action benevoles qui vaut a une telle Nicoise de se retrouver en finale du Prix solidarite Version Femina. Elle compte concernant vous pour participer au vote, qui sera clos ce mardi 16 novembre a minuit. Pour voter c’est ici que ca se marche.

Elle nous recoit dans le appartement baigne de lumiere du vallon des chocolats a Nice. C’est la que Veronique Labedade, 61 ans, bi-polaire avec 20 annees, vit. Sur la table ronde du salon, i§a a dispose des feuilles de presentation du “Phare des 2 poles”. L’association qu’elle a creee il y a 4 annees, Afin de venir en aide a toutes les personnes bipolaires.*

“C’est mes fri?res graphiste qui possi?de dessine le logo. C’est un phare parce que celui-ci eclaire dans la nuit celui qui est isole et perdu.” Perdue Veronique l’a ete. “J’ai erre de nombreuses annees dans la maladie.”

Maintenant, elle vit “comme bien le monde”. Sans hospitalisation depuis 13 ans.

“On est des guerriers et des guerrieres, parce qu’il faut du courage pour se relever et repartir.” Elle raconte son “combat”.

J’ai premiere “crise”, l’internement, la vie qui vole en eclats, le deni avant la “reconstruction”.

“J’ai eclate, j’habite part en phase maniaque”

“J’ai vecu normalement jusqu’a l’age de 41 annees.” Mariee et maman d’une adolescente, Veronique travaille tel responsable de boutique de pret-a-porter a J’ai Grande-Motte quand survient la crise.

“J’ai eclate. J’suis partie en phase maniaque. J’ai du etre hospitalisee a Montpellier.”

Plonger dans le monde psychiatrique fut de la grande violence

kik

“Mes barreaux, les portes qui claquent, le bruit des cles dans la serrure, nos cris. C’etait horrible. Plonger dans le monde psychiatrique fut d’une grande violence. J’avais l’impression de me retrouver dans le film “Vol au dessus d’un nid de coucou.” C’etait i  mon sens l’incomprehension totale.”

Elle s’interrompt 1 court instant avant de nous raconter une anecdote: “A cote de moi, il y avait une dame qui dessinait l’ocean. Comme il est vide, je lui ai demande pourquoi elle ne representait aucun poissons, elle m’a repondu parce que j’ai envie avoir toute l’espace pour m’y baigner.”

Au bout d’un mois, le diagnostic tombe. “On m’a dit que j’etais maniaco-depressive. Ils font 20 annees, on ne disait pas bipolaire. Ma fille, qui avait 15 annees a l’epoque a nombre aidee, cette dernii?re a du grandir tout d’un coup. Apres 3 semaines en hopital psychiatrique, j’ai ete lachee dans la nature. Il y avait une moins belle prise en charge a l’epoque.”

Son couple ne tienne face nullement. “ordinairement, Di?s Que J’ai maladie se declare on perd tout, son conjoint, son emploi. Je me suis retrouvee sans bricolage, sans revenu. J’alternais les phases maniaques et depressives.”

L’errance dans la maladie: du deni a J’ai stabilisation

“J’ai suivi ma fille a Nice. A 16 ans, elle a integre le lycee hotelier Paul Augier. C’est elle qui a sauvee.” Pour elle, elle s’accroche.

Sur la Cote d’Azur, elle trouve aussi sa s?ur et sa maman.

J’etais au deni. Le refus de ma maladie, le refus des medicaments qui font grossir. J’ai pris 30 kg en 20 annees

“J’ai vecu d’abord chez ma mere a Vence. Mais je n’etais gui?re stabilisee. Tous les 4-5 mois j’etais en phase maniaque ou en depression. J’ai erre de multiples annees dans la maladie, j’etais au deni. Le refus de la maladie, le refus des medicaments qui font grossir, j’ai pris 30 kg en 20 annees. Ce deni dure moyen de degoter un programme, le bon ajustement, ca m’a commande diverses annees.”